Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 juin 2013 5 14 /06 /juin /2013 20:11

« On a dit que… » pourrait être une nouvelle rubrique de la Tribune. Un peu du style « La rubrique du répoutégaïre ». Un endroit où l’on peut se lâcher, tout dire, tout en restant correct bien sûr, faut pas pousser mémé dans les orties.

Donc voilà : « on est un con », c’est bien connu. « On » désigne une ou plusieurs personnes, non déterminée(s). « On raconte que tu as vendu… » ; « A ce qu’il paraît qu’on ne touche plus à la croix » ; « On m’a dit que le Tabac allait ouvrir en juillet » ; « On dit que l’été sera pourri »…

Il faut donc répondre aux on : non, je n’ai pas vendu ; pour la croix, il faut s’adresser aux personnes cons cernés concernées ; pour le Tabac, oui, et c’est la première bonne nouvelle de l’année pour le village ; quant à la météo, vous connaissez le proverbe : se vols mentir, parla del temps !

Cher monsieur on, vous qui refaites le monde à longueur de journée, vous levant tôt pour voir si la lune est encore à sa place, et vous couchant tard pour voir si personne ne l’a volée, à ce qu’il parait qu’après vous, il y aura encore d’autres on, des on de partout, des on délateurs, des on la casquette vissée sur les tempes, des on la baguette à 0.95 d’euro sous le bras, des on qui se garent comme des caraques, des on qui se croient au centre du monde, etc. Quand les on voleront, vous serez chef d’escadrille !

En attendant, Saint-Gervais est un petit village charmant, où il fait bon vivre, même s’il n’y a toujours pas de panneaux indicateurs des commerces, toujours pas de distributeur de billets, toujours pas de distribution de PV pour les véhicules mal garés, toujours pas de monde sur les trottoirs agrandis, où l’on voit seulement passer, de temps à autre, quelques on, par ci, par là, comme dans tous les villages.

Tenez, une chanson d’Henri Tachan pour conclure,

Un village,
C'est la grande famille
Où les garçons, les filles
Se marient à vingt ans,
Un village,
C'est chacun, sa chacune,
Car, à la pleine lune,
Le lit est bien trop grand,
Un village,
C'est la pauvresse en cloque,
Les sourires équivoques
De tout's les "braves" gens,
Un village,
C'est une fausse légende
Racontée par les grandes
Aux tout petits enfants...

Un village,
C'est le curé en chaire,
Le docteur et le maire
"Qui sont pas fiers pourtant",
Un village,
C'est la guerre et la haine,
Entre Albert et Eugène,
Pour un lopin de champ,
Un village,
C'est ce bloc unanime
A tirer grise mine
A l'étranger au clan,
Un village,
C'est l'idiot, que lapident
Les notaires placides
Qui passent en ricanant...

Un village,
N'en déplaise à Pagnol
Qui s'est payé notr' fiole
Avec son grand talent
Un village,
C'est Marius en vitrine,
C'est Fanny aux cuisines
Avec tous les enfants,
Un village,
C'est ces fêtes espagnoles
De violence et d'alcool
Pour les adolescents,
Un village,
C'est les futures milices
Des chasseurs qui ratissent
Les lièvres et les gitans...

Un village,
Pas plus qu'une ville,
N'est cet îlot tranquille
Que je croyais pourtant,
Un village,
C'est, grossi à la loupe,
Une harde ou un groupe
De petits commerçants (…)
Repost 0
Published by B. B.
commenter cet article
9 juin 2013 7 09 /06 /juin /2013 10:26

Nous avons reçu un commentaire à l’article publié sur les horaires fantaisistes de notre épicière, et nous ne manquons pas de vous en faire part ; puisque la nouvelle version d’Overblog continue, persiste et signe, à nous jouer des mauvais tours (n’avez-vous pas remarqué qu’on ne peut accéder à la lecture des commentaires ?), voici donc un copié collé du commentaire reçu.

Bonjour,

Votre petite note sur les heures de fermeture de notre épicerie m'a bien fait sourire; à n'en pas douter, c'était le but recherché.

Je voudrais ajouter ma pierre à ce propos. Voici ce que l'on apprend dans certains stages de gestion du temps:
" Si vous convoquez une réunion à une heure pile ou ronde, par exemple 14h30, vous pouvez être sûr qu'il y aura des retardataires, que l'animateur lui-même prendra quelques libertés avec l'horaire, et ... j'en passe. Bref, pour faire simple, votre réunion de 14h30 ne commencera pas à l'heure; c'est ainsi.

En revanche, si vous convoquez vos participants à une heure baroque, par exemple à 14h22 pour que ceci ressemble à votre article, vous pouvez être certain que tout le monde sera présent et que l'on commencera à l'heure H.

Ne me demandez pas l'explication, je l'ignore. Mais une chose est sûre: ça marche !!!

Amitiés

Ge
orges ROUVELET (Castanet le Haut)

Repost 0
Published by B. B.
commenter cet article
8 juin 2013 6 08 /06 /juin /2013 14:21

Ah, qu’il est loin, le temps où l’on se précipitait au bord des routes pour « resquiller » des casquettes, des ballons, des stylos, et du chocolat Poulain ! Et Yvette Horner et son accordéon, vous vous en souvenez, vous ? Et Raymond Poulidor ? Et les gros bonhommes Bibendum ? Le passage de la caravane et du Tour, c’est resté une fête populaire, juste le temps d’oublier les intérêts financiers, le dopage, et tutti quanti.

La septième étape du Tour de France verra les coureurs s’élancer sur les routes de notre région le vendredi 5 juillet. Partis de Montpellier, ils rejoindront Albi pour un parcours long de 205 kilomètres sans difficulté majeure.

Les seules « petites bosses » intéressantes se situent justement dans les hauts cantons, qui devraient donc attirer de nombreux spectateurs. Après Pézenas, Roujan, Gabian, Faugères, les choses devraient se préciser dans le col des 13 Vents, mais ce sera peut-être quelques kilomètres vite « avalés » pour des pros ! On portera donc notre attention, après la descente rapide sur Saint-Gervais, sur la montée du col de la Croix de Mounis.

Au 83ème kilomètre, la traversée de Saint-Gervais devrait se faire vers 14 heures 20, au village où tout a été préparé de longue date pour retenir les amateurs de vélo. La caravane, elle, sera passée vers 12 heures 20. On ne restera  pas dans la rue de Castres, puisque tout se passera devant le café, l’avenue des Treilles, la gendarmerie, et la route d’Andabre.

Dans les prochains jours, une banderole payée par la municipalité sera installée dans la rue du Camp, une photographie du Tour de France de 1953. Pour la journée du 5 juillet, l’orchestre Tipic Dance Orchestra, composé de quatre musiciens et de deux techniciens, animera un apéritif suivi d’un bal. Le car podium du Conseil Général a été demandé, alors que l’association Le soleil et la lune sera également présente pour chanter lors de cette journée festive. Last but not least, le Tifo, dessin représentant un vélo jaune et des roues noires, sera créé sur la pelouse du stade par cent cinquante personnes, le tout photographié et filmé depuis les ruines de Neyran. Attention, c’est le 29 juin que les organisateurs auront besoin des bénévoles, à partir de onze heures sur le stade : habillés en blanc (chemises et tee-shirts pour les plus âgés), en noir pour les plus jeunes, et en jaune (gilets de sécurité pour les voitures), les participants doivent se faire inscrire auprès de la maison cévenole.

Le village de retraite des Treilles, de son côté, confectionnera cent drapeaux jaune et bleu, aux couleurs de Saint-Gervais, qui seront agités au passage des coureurs par les résidents des Treilles et par les enfants. Ce à quoi il ne faut pas oublier l’exposition organisée par la maison cévenole, qui va être mise en place au musée ainsi qu’à la salle Moutou début juillet, avec de nombreux documents et photos du dernier passage du Tour de 1953.

Voilà un bien beau programme, auquel chaque particulier pourra participer ; toutes les idées individuelles sont également acceptées (créations diverses, décorations, etc.) Un gros travail de préparation pour un bel événement sportif.

Le Tour n'était pas passé au village depuis 1953.

Le Tour n'était pas passé au village depuis 1953.

Repost 0
Published by B. B.
commenter cet article
8 juin 2013 6 08 /06 /juin /2013 13:40

Vendredi 14 juin, une soirée cabaret chansons françaises par les élèves des ateliers chansons (association Le Soleil et la Lune) se déroulera à la salle du cinéma à 20 heures 30.

L’entrée y sera libre, et une vente de gâteaux et de boissons aura lieu.

Renseignements au 06 82 69 24 21.

 

Repost 0
Published by B. B.
commenter cet article
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 11:02
dans le col...

dans le col...

Il y Il y a de ces mystères, je vous jure… 222, c’est quoi ? Et pourquoi ?

« 222 (deux cent vingt-deux) est l'entier naturel qui suit qui suit 221 et qui précède et qui précède 223 »  » m’apprend Internet. Merci monsieur de la Palisse ! Jusqu’ici, tout va bien… Ah, un article du Code Pénal :

« Le fait de causer à autrui (…) par maladresse, imprudence, inattention, négligence ou manquement à une obligation de prudence ou de sécurité imposée par la loi ou le règlement, une incapacité totale de travail pendant plus de trois mois est puni de deux ans d'emprisonnement et de 30000 euros d'amende ». Ici, 222 n’a sûrement rien à voir avec ça. Tiens, autre chose :

« La Route 222 est une route de la région de de la région de Sinnoh qui relie la qui relie la Rive du Lac Courage et la ville de et la ville de Rivamar. Elle est uniquement accessible après avoir battu la . Elle est uniquement accessible après avoir battu la Team Galaxie au au Mont Couronné ».  ». Un peu loin de la Départementale 13 qui descend jusqu’à Saint-Gervais !

Et oui, le panneau « 222 » implanté en bord de route signale tout simplement une parcelle, la numéro 222, qui est « une zone autonome d’observation où la nature se développe sans intervention humaine ». On retiendra également qu’il y avait à l’époque un chemin reliant Saint-Gervais à Béziers avant l’arrivée de la route, et que ce chemin patrimonial, aujourd’hui disparu, envahi par la végétation, a été actif jusque dans les années 1950, et rejoignait l’ancien domaine de la Pièce où il est signalé par un marquage.

Ouf, voilà l’explication du 222. Mais alors, nouveau mystère au village : si vous passez devant la vitrine de notre épicière, vous ne manquerez pas d’observer sa petite ardoise informant des heures d’ouverture et de fermeture de son magasin… « Ouvert de 8 h à 12h22 et de 16 h à 19h22 !

Des horaires si précis, ça ne manque pas de surprendre, c’est mieux (ou pire) qu’à la Poste ! Les 8 minutes, c'est pour tomber sa grille ? Pour faire sa caisse ? Renseignements pris, il ne s’agit même pas d’une erreur, ni d’un canular, mais tout simplement, Myriam avoue que le 2, c’est un chiffre qu’elle aime bien ! Pourquoi chercher midi à quatorze heures, hein ?

... et au village !

... et au village !

Repost 0
Published by B. B.
commenter cet article
23 mai 2013 4 23 /05 /mai /2013 15:37

Je rigole, je rigole... La semaine dernière, des barrières ont été posées pour empêcher le stationnement des véhicules sur la place... Cette semaine, comme les véhicules étaient toujours aussi nombreux, la mairie a rajouté une barrière ! Question: combien de barrières seront posées avant l'été ?

On m'avait pourtant bien dit que la signalisation serait respectée...

 

échos du quaiéchos du quai
échos du quai
Repost 0
Published by B. B.
commenter cet article
23 mai 2013 4 23 /05 /mai /2013 10:46

Pourquoi parle-t-on toujours des coureurs cyclistes quand on prononce le mot « EPO » et jamais des pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle ?

Ils arrivent toujours fatigués, exténués même, se plaignant de la longueur de l’étape Lunas/Saint-Gervais, mais ils tapent aux portes à 15 heures !

Bon, ce n’est pas la majorité, je l’avoue. D’autres tardent tellement qu’on croit qu’ils ont réservé chez vous mais qu’ils ont débarqué chez le voisin !

Quoi qu’il en soit, c’est maintenant aux prestataires de service de prendre de l’EPO : imaginez les pèlerins qui partent de chez vous à 9 heures, et les autres qui arrivent à midi (si, si, ils ont des voitures suiveuses maintenant). De l’EPO, vous dis-je, pour arriver dans les temps à nettoyer une salle de bains, à passer un coup de balai ou d’aspirateur, faire une machine, sécher, refaire un lit, … Bref, la course.

C’est quoi, cette nouvelle race de pèlerins pressés d’arriver, qui ne profitent même pas du paysage, ni de la visite du village (remarquez, ils se plaignent aussi que les églises sont fermées), qui s’installent, dorment, mangent, redorment, et repartent ?

Et puis, au moment où le chemin d’Arles commençait à être connu et amenait une clientèle supplémentaire pour les prestataires et les commerçants, voilà que la crise pointait le bout de son nez. Multiplication des points de chute et  concurrence ne faisait rien pour arranger les choses. En 2013, les pèlerins trouvent tout cher, demandent des « tarifs pèlerins », sont de plus en plus exigeants ! Je ne parle pas du mauvais temps qui persiste et signe, qui met un peu plus à mal le moral des randonneurs qui arrivent, comme on dit chez nous, trempes comme une soupe…

Et ils demandent quoi, nos pèlerins ? A trouver une boucherie (mais elle est fermée), à trouver un tabac (mais il est fermé), à trouver des journaux (…), à trouver un distributeur (…) ; quant aux « voitures suiveuses », ils ne savent même plus où les garer, vivement que le nouveau parking soit achevé et que les propriétaires des voitures tampons soient verbalisés ! Allez, ouste, comme à Hérépian, là-bas, ils ont mis des horodateurs, ils se croient à Paris nom d’une pipe!

Bon, quand il se passera quelque chose d’intéressant au village, faites-moi signe, que j’en fasse profiter tout le monde…

Repost 0
Published by B. B.
commenter cet article
19 mai 2013 7 19 /05 /mai /2013 07:36

Des pèlerins, il en passe tous les jours au village, mais ces pèlerins-là attirèrent vite l’attention : Italiens, partis de Rome pour rejoindre Puenta la Rena, parlant un tiers italien, un tiers  français et un tiers anglais, sont  des journalistes de la RAI. Leur étape dans une chambre d’hôte qui, de surcroît, est tenue par un correspondant du Midi Libre, ne pouvait qu’être l’occasion d’une belle rencontre, enrichissante à tous points de vue… On a parlé de la pluie et du beau temps (mais surtout de la pluie !), radio, photo, chemin de Saint-Jacques, et horaires de trains !

La RAI, Radiotelevisione Italiana, principal groupe audiovisuel en Italie, avait donc des représentants sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle ; bardés de micros et de papiers (mouillés en cette période bien pluvieuse), ils retransmettent chaque soir leur étape. Six au départ, sur la Via Tolosana, ils se sont ensuite relayés, quatre d’entre eux faisant étape à Saint-Gervais.

Cette équipe, composée au total de Giovanna Savignano, Maurizio Lepni, Sergio Valzania, Rosario Tronnolone, Andrea Borgnino et Linda Brunetta, journalistes à la RAI et Radio Vaticano, raconte ainsi, chaque jour, son aventure sur le chemin, qu’on peut suivre aussi sur le site www.camminerai.it et sur laviatolosana.blog.rai.it.

Un faits-divers a obligé l’un d’eux à prendre un avion pour la Croatie où, d’après ce que j’ai compris, venait d’éclater une affaire de corruption ; comment, abandonner  Saint-Jacques en si bon chemin ? Je leur ai expliqué qu’en Italie aussi, et en Espagne, et même en France, la corruption, ce n’est pas ce qu’il manque, mais notre sympathique pèlerin a lâché son bâton pour un micro.

Un échange de cadeaux (une casquette de la radio… et une mini radio… de la radio ! – c’est de la corruption, ça !!!) a achevé cette halte bien sympathique autour d’un café ; voilà une belle occasion pour nous de bénéficier d’une promotion du chemin et de la région, et pour ces italiens de témoigner de l’accueil qui leur est réservé à chaque étape.

De l'Italie à l'Espagne... en passant par Saint-Gervais.

De l'Italie à l'Espagne... en passant par Saint-Gervais.

Repost 0
Published by B. B.
commenter cet article
17 mai 2013 5 17 /05 /mai /2013 13:57

La vie réserve parfois des jours heureux et des jours bien tristes ; au village, trois disparitions en deux jours ont endeuillé les familles et les amis de Victor Dupy, Rolande Blazquez et Alain Roucairol.

A l’instar de Rolande Blazquez, Alain Roucairol est décédé "des suites d'une longue maladie", comme il est convenu de dire. Une cérémonie religieuse aura lieu demain samedi 18 mai à 10h30 à l'église de Saint-Gervais. Ses cendres seront ensuite déposées dans le caveau de sa famille au cimetière de Douch.

Le bureau de l'association de la Maison cévenole, des arts et traditions populaires,  déposera une gerbe sur sa tombe. Pour cette association, Alain fut d'abord au premier jour de sa retraite à Saint-Gervais, le copain d'en-face, celui qui prêtait des outils, des échelles et participait activement aux chantiers d'entretien ou de réaménagement du local. Rapidement, il devint trésorier. Rigueur, assiduité, compétence étaient ses qualités professionnelles, et il les adapta aisément aux comptes associatifs. Il informatisa aussi la comptabilité et installa un poste comptable dans les locaux de la rue du pont. Bénévole très impliqué, membre du bureau, il participa aux multiples réflexions et décisions avec passion et assiduité, mais aussi en prenant largement sa part des tâches matérielles (affichages, distributions de tracts, etc...). Il s'associa, dès leurs débuts, aux travaux de restauration de la chapelle de Saint-Laurent de Féreyrolles, mouillant sa chemise pour effectuer les travaux les plus ingrats et les plus fastidieux des premiers déblaiements. Malade depuis plusieurs mois, il venait de quitter l’association quand la nouvelle de sa disparition tant redoutée est tombée.

Alain ne fera plus partie non plus de ces commentateurs de La Tribune de Saint-Gervais, qui n’hésitait pas à donner son point de vue, n’avait jamais la langue dans la poche mais le stylo bien affûté, pas toujours dans le troupeau mais toujours correct dans ses paroles et ses écrits. Condoléances attristées à son épouse, sa famille, ses amis.

(B. B. avec la maison cévenole).

 

Repost 0
Published by B. B.
commenter cet article
16 mai 2013 4 16 /05 /mai /2013 09:19
stats

Arrêtons de nous plaindre ! La courbe du chômage augmente, les prix augmentent, la température de la Terre augmente, ... Voici donc enfin une courbe qui descend: la population de Saint-Gervais !

En vert, des statistiques officielles; en rouge, une estimation du cabinet d'études Mas Couillounat Quand T'aï Vist, qui pourrait redonner le moral aux troupes, à l'horizon 2020, après les gros efforts de restauration du village qui pourraient faire remonter les gens au pays.

Et si on vous le dit, c'est comme à la télé: c'est que c'est vrai.

 

Repost 0
Published by B. B.
commenter cet article

Présentation

  • : La-Tribune-de-Saint-Gervais-sur-Mare
  • La-Tribune-de-Saint-Gervais-sur-Mare
  • : informations locales et régionales, billets d'humeur, photos, en toute liberté et indépendance.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens