Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 février 2014 6 22 /02 /février /2014 11:21

A la veille de la commémoration de la Grande Guerre, celle de 14-18, un personnage nous a reçus pour nous parler de celle de 39-45. Première ou deuxième, la guerre laisse toujours d’émouvants souvenirs, des situations d’angoisses et de malheurs, et cette mémoire qu’on veut tant raviver est accentuée encore davantage quand des témoins relatent, comme si c’était hier, ces périodes troubles. Mieux que dans les livres d'histoire, il faut voir et entendre des gens comme Bernard Ernewein.

 

Bernard Ernewein a créé en 2005 l’OPMNAM (Orphelins de Pères Malgré Nous d’Alsace-Moselle). Originaire d’Alsace, il est passé par la Normandie et s’est installé à Saint-Gervais après avoir enseigné à Béziers et résidé à Caux. Un projet lui tient à cœur depuis longtemps : la création du Mur des Noms, un monument à la mémoire de toutes les victimes civiles et militaires de 1939-1945 qui ont été déportées, incorporées de force sous la contrainte.

 

Un mur des noms devrait être érigé à Schirmeck pour l’Alsace, et un autre le sera à Gravelotte près de Metz pour la Moselle. Bernard Ernewein, qui se bat bat depuis de longues années pour ce projet, vient d’avoir sa pugnacité récompensée, avec la confirmation de son acceptation par le conseil régional de la Moselle en date du 17 février. Un aboutissement de quinze années de démarches et d’interventions.

 

Ce retraité, impliqué dans ce projet car orphelin d’un « malgré nous », lance un appel à tous les Alsaciens habitant le sud de la France et d’ailleurs, et les invite à prendre contact avec la mairie du dernier domicile avant l’incorporation de force. On peut également le joindre au 06 99 80 13 39.

 

« Un jour, j’écrirai noir sur blanc les différentes et bien longues étapes de ce projet » déclare Bernard Enewein, énormément déçu parce qu’ « aucun homme politique, alsacien ou parisien, n’a levé le plus petit doigt », se désolant que « le monde politique est inopérant, versant une larme de crocodile sur les Malgré-Nous et leurs familles pour leurs élections et réélections »…  On rencontrera Bernard Erneiwen au village, avec ou sans son béret basque, un béret qu’il tient souvent à porter en souvenir d’un temps où il était interdit  durant l’annexion illégale…

 

Bernard Ernewein et sa lutte contre l'oubli
Bernard Ernewein et sa lutte contre l'oubli
Partager cet article
Repost0

commentaires

imothep 22/02/2014 19:58

Moi je dis bravo à cet homme passionné et source d'informations.
Ne lâchez rien et continuez

Présentation

  • : La-Tribune-de-Saint-Gervais-sur-Mare
  • : informations locales et régionales, humour, humeur, photos, en toute liberté et indépendance.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens